Yann Baillon : « Prendre le maximum de confiance »

Publié le : 07/04/2017 16:16:18
Catégories : Actualités , Karate

Yann Baillon : « Prendre le maximum de confiance »

La sélection pour les Championnats d’Europe est déjà connue. Et alors ? Un titre de champion de France, cela ne se galvaude pas. Par honneur, par fierté, par orgueil, par ambition.

Entre vieux renards et jeunes loups, ou jouteurs de longue date, les duels ne vont pas manquer le 9 avril au Palais des sports d’Orléans à l’occasion du grand raout national.

A un mois des « Europe » (4-7 mai en Turquie), que peut attendre Yann Baillon des internationaux à ces championnats ? Beaucoup… Le head coach de l’équipe de France fait le point sur chacun d’entre eux. Episode 2 : les hommes.

 

Par Ludovic Mauchien

 

 

-60 kg

Titulaire à l’Euro : Sofiane Agoudjil 

« On attend qu’il réaffirme son leadership » 

« Aux championnats du monde, Sofiane a confirmé ce que l’on attendait de lui depuis quelques années, avec une belle médaille de bronze dans une catégorie relevée. On pensait que cela allait être un déclic pour lui et qu’il allait enchaîner avec des résultats sur les Karaté 1, notamment à Paris et à Rotterdam. Mais cela n’a pas été le cas.

Dans un 1er temps, on attend qu’il réaffirme son leadership au niveau national, par rapport à la concurrence qui commence à se faire ressentir. Je pense à Johan Lopez, même s’il est toujours derrière, et aux jeunes, Kevin Azouz, Iliès Mardhi, Aziz Rghiou, qui poussent à la porte de l’équipe de France. On attend qu’il se positionne en leader de la catégorie. La place n’est pas acquise.

Dans un 2e temps, il doit faire le plein de confiance en vue des championnats d’Europe. Ce qu’on lui demande avant tout, c’est d’être performant aux « Europe », où il doit gagner une médaille pour confirmer les championnats du monde ».

 

 

-67 kg

Titulaire à l’Euro : Steven Da Costa

« Ne pas oublier : le champion de France, c’est Marvin (Garin)… »

« Pour Steven, au niveau national, il s’agit toujours de réaffirmer sa supériorité. Au niveau international, il commence à être de plus en plus régulier. Il a gagné le Karaté 1 à Rotterdam (18-19 mars) dans une catégorie relevée.

Pour lui, le championnat de France sera plus une répétition du championnat d’Europe. Il doit faire le plein de confiance, retravailler certains réglages, de distance, sur des profils un peu fuyants...

Steven domine la catégorie par ses résultats mais il y a aussi Marvin (Garin), que nous avons sélectionné en équipe. En individuel, il reste un peu en retrait de Steven. Mais il ne faut pas oublier que le champion de France en titre, c’est Marvin. C’est un athlète qui a énormément de qualités. Son problème est de toujours avoir des petites blessures à gérer. Est-ce qu’il sera à 100% aux championnats de France ? Ce n’est pas évident.

Entre les deux, ce sont toujours des duels au couteau. Cela risque d’être très, très intéressant comme confrontation, et je ne doute pas qu’ils se rencontrent. »

 

 

-75 kg

Titulaire à l’Euro : Corentin Séguy

« Logan (Da Costa) va vouloir montrer qu’il est le n°1… »

« On a fait le choix de prendre Corentin, à défaut de Logan Da Costa qui était le titulaire l’année dernière. Ils se sont beaucoup tiré la bourre depuis deux saisons. Ils sont très proches. On a choisi Corentin car il a été performant sur le début de la saison. La concurrence est forte entre les deux, puisque Logan gagne le Karaté 1 en Hollande (18-19 mars), et Corentin finit 3e. Logan a voulu montrer aux entraîneurs qu’il était toujours là et qu’il fallait compter sur lui…

En gros, Corentin a la pression parce que Logan est juste derrière, veut récupérer sa place, et veut montrer qu’il est le n°1 au niveau national.

Corentin doit aussi prendre ça en compte et, lui aussi, montrer qu’il mérite sa sélection en individuel et qu’il se place en n°1 dans la catégorie. Un beau duel en perspective, en espérant qu’ils se rencontrent.

Il y a aussi Julien Caffaro, qui fait un super début de saison. Il fait un très bel Open de Paris. On a décidé de le sélectionner en équipe. On attend plus de régularité de sa part au niveau national. Sur les compèt internationales, il arrive toujours à faire des coups mais dès qu’il s’agit de tournois nationaux, il a un peu plus de mal. Est-ce qu’il se met plus la pression ? Je n’en sais rien.

On aimerait qu’il arrive à montrer qu’il faut compter sur lui en individuel et non pas uniquement au coup par coup. A lui de montrer à tout le monde qu’il peut être quelqu’un de très important dans l’équipe de France dans l’avenir. »

 

 

-84 kg

Titulaire à l’Euro : Kenji Grillon

 « Il aura à cœur de montrer qu’il est le taulier mais… »

« Le championnat de France va être très important pour Kenji. Il a été arrêté longtemps suite à sa blessure (contractée à l’Open de Paris) et c’est son retour. Il n’a pas pu faire pu faire les stages depuis décembre. Il a un gros retard sur la préparation.

Pour lui, on a activé un programme un peu particulier, basé sur la prépa physique, sur le renforcement. Il a repris progressivement il y a seulement 2-3 semaines. Il va donc falloir qu’il reprenne ses marques, qu’il voit comment il se sent physiquement et techniquement. On attend de Kenji qu’il soit au top aux championnats d’Europe, pas aux championnats de France.

Il est le n°1 de la catégorie mais, malgré tout, des petits jeunes poussent derrière. Je pense à Jessie (Da Costa), qui pousse fort, même s’il y a encore un petit écart.

Kenji aura à cœur de montrer qu’il est le taulier. Il va chercher à s’imposer, mais cela risque de ne pas être aussi simple que prévu.

 

 

+84 kg

Titulaire à l’Euro : Salim Bendiab 

« Le minimum syndical pour Salim : s’imposer avec la manière »

 « Salim s’impose tout le temps au niveau national mais très rarement au niveau international. Je ne doute pas qu’il continue à asseoir son autorité, son leadership même s’il y a des jeunes qui essayent de grappiller leur retard.

Je pense notamment à Denilson Jacquet, qui a fait champion d’Europe Junior en 2016, même s’il y a encore un écart avec Salim. Le seul, à mon avis, qui pouvait vraiment inquiéter Salim, c’est Lonni (Boulesnane) mais il est blessé.

J’attends de Salim un résultat aux championnats d’Europe, clairement ! Aux championnats du monde, sur les Karaté 1, il est complètement passé à côté. Il est un peu resté sur sa médaille de bronze des championnats d’Europe 2016. Alors que cela aurait dû être un déclic ! Cela ne l’a pas été, c’est dommage. On a toujours l’impression d’avoir un athlète avec beaucoup, beaucoup de doutes, beaucoup de stress, un manque de maturité pour quelqu’un de son âge.

Il a toutes les qualités pour faire des résultats en lourd. Il est athlétique, il est techniquement bon, il a des qualités physiques intéressantes. Il pêche toujours mentalement et tactiquement. Je pense qu’il y a un gros stress de sa part et un manque de lucidité au niveau international.

Le minimum syndical pour lui, sur un championnat de France, c’est de s’imposer avec la manière. Pour le coup, il s’agit aussi de bien se préparer pour le championnat d’Europe, prendre le maximum de confiance et de retravailler sur des choses simples ».

Partager ce contenu

PayPal