Le CIO va se prononcer sur les JO 2020 Davide Benetello : 80 Karatékas aux Jeux

Publié le : 29/07/2016 11:00:14
Catégories : Actualités , Karate

Le CIO va se prononcer sur les JO 2020 Davide Benetello : 80 Karatékas aux Jeux

Le 3 août prochain, l’erreur pourrait être effacée, l’impensable oublié, l’injustice réparée. Le Karaté va (enfin) apparaître aux Jeux Olympiques. Si la session du CIO avalise l’avis favorable émis par sa commission exécutive, le Karaté se verrait offrir un « one shot » aux JO de Tokyo en 2020.

L’ancien champion du monde, l’Italien Davide Benetello, est l’un des rouages essentiels de la candidature olympique du Karaté. Le format de compétition, les modifications des règles, les enjeux… Il nous explique les tenants et les aboutissants du Karaté 2020.

Par Ludovic Mauchien

 

Ce n’est pas l’œuvre de toute une vie. C’est le chef d’œuvre de plusieurs vies. C’est un travail de longue haleine, entamé il y a plusieurs décennies, ponctué de nombreuses embûches, marqué par de nombreuses déceptions. Mais, cette fois-ci, il semble que ce soit la bonne. Le Karaté va devenir sport olympique !

Après avoir été recalé en 2005 et en 2009, le sport que « tout le monde croit qu’il y est mais qui n’y est pas » va apparaître au programme des Jeux. Ce n’est pas encore officiel mais tous les avis éclairés convergent, toutes les autorités compétentes acquiescent.

Lors de la session du CIO qui se tient à Rio début août, l’avis favorable donné au printemps par la commission exécutive devrait être entériné par les membres du Comité International, comme à l’accoutumée. Certes, il ne s’agit encore que d’un « one shot » puisque seuls les JO de Tokyo 2020 sont concernés.

En effet, suite aux réformes initiées en 2014 par Thomas Bach, le président du CIO, la ville hôte des Jeux peut désormais proposer des sports populaires dans son pays, ce que l’on dénommait auparavant « sports de démonstration ». De la liste initiale, le comité d’organisation de Tokyo 2020 a éliminé le Bowling, le Squash et le Wushu, et présenté 5 sports : le Baseball/Softball, le Skate, l’Escalade, le Surf et le Karaté. Ils devraient tous être validés.

 

« Les membres du CIO impressionnés »

 

Davide Benetello, 43 ans, le champion du monde 1994 (3e en 1998, 2e en 2000), est l’un des acteurs centraux du Karaté Olympique. Président de la commission des athlètes à la WKF, membre du comité exécutif de la Fédération internationale, il est aussi l’un des membres de la commission créée spécifiquement pour Tokyo 2020. Il est l’un des mieux placés pour nous éclairer sur le devenir du Karaté.

 

Quel est votre état d’esprit avant cette session du CIO à Rio ?

Nous sommes, très, très, très optimistes. Nous devons certes attendre la décision qui sera prise début août. Mais le Karaté est très bien positionné et c’est un sport très solide. Il mérite de figurer aux Jeux Olympiques.

Des membres du CIO se sont déplacés plusieurs fois pour nous observer, aux Jeux Européens à Bakou, à l’Open de Paris en janvier dernier… A cette occasion, les fédérations française et mondiale ont réalisé un excellent travail. Les membres du CIO présents ont été très impressionnés par la gestuelle du Karaté.

Nous sommes la seule fédération du monde Karaté reconnue par le CIO. Celui-ci nous connaît et nous suit depuis des années. Nous entretenons de très bonnes relations. Nous espérons que la famille du sport nous donnera cette possibilité de devenir olympique. Ce serait alors totalement différent pour notre sport.

 

« Escalader la montagne a été très, très dur »

 

A l’Open de Paris, vous étiez le “garde du corps” de Frankie Fredericks, membre du CIO…

Oui, c’est vrai (il rit). Je le connaissais déjà. On s’était rencontré plusieurs fois car il était le président de la commission des athlètes au CIO, et j’en étais membre. Il est désormais rattaché à la commission des programmes. C’est pour cette raison qu’il était à Paris. Nous avons fait du bon travail. Je peux vous assurer que tout s’est très, très bien déroulé. Mais cela ne s’est pas décidé sur une seule compétition. Des pas de géants ont été réalisés depuis 10-15 ans. Nous sommes désormais au Pinnacle de la Pyramide. Mais escalader la montagne s’est avéré être très, très dure. Nous sommes prêts pour devenir un sport olympique.

 

Quel est le plus difficile : est-ce devenir champion du monde ou travailler à la candidature olympique du Karaté ?

En compétition, vous avez la possibilité, quand vous combattez, de relâcher la pression. Quand vous êtes engagé dans des enjeux politiques, vous ne pouvez jamais déstresser. C’est pour cette raison que, quand je trouve du temps libre entre deux meetings, je vais courir ou, alors, m’allonger au soleil. Car le stress est très, très important.

 

« Modifier les règles… »

 

A quoi va ressembler le tournoi olympique de Karaté ?

La proposition faite par le comité d’organisation de Tokyo 2020 consiste à présenter 3 catégories masculines et trois féminines, ainsi que deux catégories en Kata, hommes et femmes.

Nous n’avons pas encore décidé quelles seront précisément les catégories de poids. Mais je peux vous assurer qu’elles seront équitables pour tout le monde.

Le système de ranking mondial créé par la WKF va être très utile. Nous allons complètement modifier les règles de ce ranking en vue de la qualification olympique. La Premier League va prendre encore plus d’importance. Nous voulons les meilleurs athlètes possibles aux Jeux. Nous ne tenons pas à ce qu’un top athlète soit éliminé lors d’un tournoi unique. Il aura la possibilité de se qualifier via le ranking.

 

Combien d’athlètes seront-ils être engagés dans chaque catégorie ?

 

Pas tant que cela, on prend ce que l’on nous donne. Il y aura 10 athlètes par catégorie. En tout, cela représentera 80 Karatékas présents aux JO, 40 hommes et autant de femmes. Une équité parfaite.

Evidemment, nous allons donner la possibilité à tous les continents de participer aux Jeux. C’est très important pour chacune des fédérations, continentales comme nationales. Nous aurons donc les meilleurs athlètes et quelques uns issus de l’universalité.

 

« Deux poules de 5 athlètes par caté »

 

Pourquoi avoir choisi 10 athlètes par catégorie, et non 8 ou 16 ? Ce n’est pas très logique…

Très probablement, mais cela a été décidé ainsi. Ce sera la même organisation qu’à Bakou en 2015, pour les Jeux Européens. Il y aura deux poules de 5 athlètes. Les deux premiers de chacune d’entre elles seront qualifiés pour la finale. Les deux deuxièmes combattront pour la médaille de bronze.

Le tournoi à Bakou s’est très, très bien déroulé. On a offert au président Thomas Bach, qui est venu nous voir, un magnifique spectacle. Ce que nous avons produit à ces Jeux Européens a représenté un grand pas en direction des Jeux Olympiques.

 

Quel est le regard du CIO concernant les épreuves Kata, sachant que celui-ci n’est plus guère favorable aux épreuves dites « subjectives » où il rencontre souvent des problèmes (le patinage…) ?

Je pense que le Kata mérite sa place. Il est très bien vu, très bien considéré, par le CIO. Le Kata occupe une part importante de la famille Karaté. C’est certain, nous allons devoir changer certaines règles en vue des JO. Mais nous sommes prêts à le faire et c’est facilement réalisable.

Une commission travaille déjà sur la réglementation du Kata. Nous allons modifier certaines choses afin d’être plus en accord avec les règles olympiques. Mais je pense sincèrement que le Kata doit faire partie des épreuves olympiques. Le Kata et le Kumite sont le Karaté. Il n’y a aucune différence.

 

« Le Kata doit être olympique »

 

Que pensez-vous à propos de la présence du Karaté aux JO 2024 ?

J’aimerais mais je ne veux pas en parler pour le moment. Je veux d’abord atteindre notre premier objectif, qui est le plus important. Toute mon énergie, toute ma réflexion portent sur 2020. Le lendemain du vote de la session à Rio, nous pourrons en parler. Pour l’instant, nous somme totalement concentrés sur notre cible qui est Tokyo 2020. Procédons étape par étape.

Vous savez, quand j’étais combattant, je prenais combat après combat. Désormais, nous en sommes au niveau de la finale. Je veux gagner cette finale. Il sera ensuite temps de penser à la prochaine compétition.

 

 

 

Partager ce contenu

PayPal