Ste Geneviève poursuit son règne

Ste Geneviève poursuit son règne

Publié le : 13/03/2017 15:24:21 Catégories : Actualités , judo

Tenant du titre et favori, le club de Ste-Geneviève Sports n’a pas manqué son rendez-vous marseillais (11-12 mars). Les hommes de Celso Martins sont redevenus champions de France en dominant l’Olympic Judo Nice emmené par Loïc Pietri. Le Red Star Club de Montreuil et l’AJA Paris XXe complètent le podium. Récit et déclarations.

 

Par notre envoyé spécial à Marseille, Ludovic Mauchien

 

Et dire qu’ils étaient menés 2-0 en finale par ces diables de l’Olympic Judo Nice ! La messe semblait dite... Gobert avait chuté face à Pietri puis Olivar contre Kostoen. Mais on n’est (naît) pas champion pour rien. L’improbable survint, l’incroyable se produisit. Ste-Geneviève Sports est revenu du diable vauvert. Larose, Little puis Kemarrec se sont joués de Corrado, Otmane et Benjamin. Victoire 3-2 !

Après avoir fait tomber Brive, l’AJA Paris XX puis Sucy Judo en ½ finale, les protégés de Celso Martins se sont donc octroyé leur 2e titre de champion de France d’affilée.

De leur côté, les « Olympiques » niçois ont le sentiment d’être passé tout, tout près de quelque chose de grandiose. Champion de France cadets puis juniors ensemble, ce groupe semblait arrivé à maturité pour Loïc Pietri (voir par ailleurs), mais il leur a certainement manqué un brin d’expérience supplémentaire en finale pour toucher le Graal. Ce qui aurait été une juste récompense de leur journée qui les a vus successivement éliminer le FLAM 91 en 8e, le Red Star Montreuil en ¼ et Sucy Judo en ½. Rien que ça !

Sucy Judo justement, comme le 2e ½ finaliste, l’ACBB, sont les grands frustrés de la journée. Rescapés jusqu’au dernier carré, ils se sont finalement affrontés pour le gain de la… 5e place, synonyme de Coupe d’Europe. Un parcours bien mal récompensé, surtout pour l’ACBB, dominé par les hommes de Stéphane Auduc (3-2).

 

Les p’tits gars de l’AJA ne comptent pas s’arrêter là

 

C’est bien connu. Le malheur des uns fait toujours le bonheur des autres. Et quel bonheur, qui faisait plaisir à voir ! Autant pour l’AJA Paris XX d’Alexandre Borderieux que pour le Red Star Montreuil de Rachid Berki, les deux médaillés de bronze et deux « bandes de potes » avec une « forte cohésion de groupe », dixit Mathias Bouchet et Christ Gengoul (lire leurs déclarations par ailleurs).

Montreuil remporte sa 2e médaille de bronze d’affilée, une satisfaction évidemment, même si ses ambitions étaient supérieures. Mais, avec deux forfaits sur blessure (dont Katanga), cette 3e place apparaît d’abord comme une confirmation.

Pour les « gavroches » du XXe arrondissement de Paris, il s’agit d’une toute première chez les Seniors et la plupart d’entre eux sont encore Juniors. Vice-champions de France Cadets puis vice-champions de France Juniors, les p’tits gars de l’AJA ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin. Mais, pour l’heure, ils savourent.

 

 

David Larose

Champion de France avec Ste-Geneviève Sports

« On a couru très, très longtemps après le titre. L’année dernière, on a réussi à gagner notre 1er titre. Le plus dur après en avoir gagné un, c’est de le conserver. Même si la journée a été un peu difficile pour tout le monde, on est parvenu à garder notre couronne. Rien ne fait plus plaisir.

Notre groupe est très, très soudé, avec des générations qui se croisent et, au bout du compte, on arrive toujours à faire le boulot. Il y a entre 11 et 12 ans d’écart entre les plus jeunes (22 ans) et les plus vieux (Gobert, Bonvoisin et lui, qui ont 31 ans), et tout le monde est vraiment intégré au groupe. Tout le monde se prend au jeu pour qu’il n’y ait pas de cassure dans le groupe. C’est top de pouvoir garder cet esprit.

Au vu des scores, on ne peut pas dire que cela a été dur, mis à part la finale, qui a été accrochée, et c’est tant mieux. Du coup, cela apporte un peu plus de saveur à notre victoire.

C’est toujours dur, le Judo, mais on a su tenir notre rang, et ne pas perdre sur plus conquérant. Si l’on avait perdu aujourd’hui (lire dimanche), on aurait perdu contre plus fort que nous, mais pas plus conquérants. C’est là où je suis content aussi. »

 

Celso Martins

Entraîneur de Ste-Geneviève Sports, champion de France

« Le plus dur est de confirmer mais, comme je leur ai dit ce matin »

On partait dans l’idée qu’on allait conserver notre titre. Mais le titre ne nous appartient pas. Ce n’est pas le conserver, c’est aller chercher un 2e titre. Chaque compétition est particulière, les adversaires s’étoffent, c’est différent. Nous, on a quasiment fait 5 ans avec Levallois comme obstacle avant de les battre l’année dernière. Désormais, c’est plus ouvert. Des équipes apparaissent mais, nous, on est encore là. C’est magnifique !

Ce qui fait la force de l’équipe ? L’équipe. On est dans un sport individuel mais j’ai des garçons avec moi depuis plus de 10 ans. On a œuvré pour trouver une osmose, un équilibre entre les plus jeunes et les plus anciens. On a trouvé cet équilibre qui fait que tout le monde se bat pour tout le monde et on obtient ce résultat.

 

 Loïc Pietri

Finaliste avec l’Olympic Judo Nice 

« Je suis frustré »

« Cette 2e place est une déception. On mène 2-0. C’est tendu. Tous les combats se valent. Les mecs sont de niveau égal. J’aurais aimé qu’on le gagne une fois. En plus, ce n’est pas toujours facile pour les clubs, surtout en Judo financièrement. Je ne sais pas si l’on aura l’occasion de le refaire. Je l’espère. Mais je ne suis vraiment pas sûr.

Je suis frustré parce que l’on est une bande de copains. On s’est bien marré depuis une Olympiade. Je pensais qu’on était prêt à le faire. Franchement, avant la compétition, je leur ai dit : « les gars, on va chercher la victoire ». Je ne leur disais pas avant car je savais qu’on était jeune. Je pensais qu’ils étaient OK. Non, ils n’étaient pas tous OK.

A titre personnel, c’était un peu dur, un peu laborieux mais cela passe. Je me bats, voilà. Les mecs essaient de me fixer, de mettre un peu du bœuf, mais j’arrive toujours à m’en sortir. Mais c’est bien ».

 

Mohamed Otmane

Entraîneur de l’Olympic Judo Nice, finaliste 

« Je pensais qu’on allait gagner… » 

« La journée ne se finit pas comme on voulait… On perd 3-2. C’est dommage. Je ne veux pas râler sur l’arbitrage mais bon… La force du club, c’est qu’aujourd’hui, on a réussi avec les gamins qu’on a formé dès les cadets, à avoir été champions de France Cadets, puis champions de France Juniors, et là (dimanche), on perd au pied de la victoire. Le club existe depuis 20 ans, avec des gamins issus de la formation. On a un seul étranger au club. On est un club de province qui vient s’immiscer avec les clubs parisiens. C’est une grande, grande fierté.

Honnêtement, je pensais qu’on allait gagner. On était parti pour gagner, avec Loïc (Pietri), avec les jeunes et voilà… (ils menaient 2-0 avant de perdre 3-2). Je reste sur quelque chose d’inachevé. C’était peut-être l’occasion aujourd’hui de fermer la porte. Je suis très, très fier d’avoir construit ce club. On reviendra l’année prochaine. On aurait voulu faire le triplé, cadets-juniors-seniors. Il nous a manqué l’expérience en finale. On est passé pas loin.

Je voulais remercier notre grand club partenaire, qui est Sucy Judo, avec lequel on collabore beaucoup. »

 

Alexandre Borderieux

Entraîneur de l’AJA Paris XX, qui se classe 3e

« Que c’est beau ! » 

« Que c’est beau ! Ce groupe a grandi ensemble. Certains sont arrivés ensuite mais le noyau dur a été vice-champion de France Cadets et vice-champion de France Juniors. Gengoul n’a pas pu se présenter aux 1ères div (blessé) mais il a fait 3e aux Europe chez les jeunes. Il est prometteur. Deux étaient au tournoi de Paris, Manquest et Axus, Bouba était remplaçant. Christ (Gengoul) qui, à mon sens, est du même niveau. On a notre lourd, Livolsi, qui se classe 5e aux 1ère div’ l’an passé, en 1ère année Seniors, qui est blessé malheureusement. On a dû se passer de lui. Etc.

Je suis ému ! C’est la première médaille. Les filles ont fait 5e. Et les garçons, pour leur 1er classement, remportent une médaille. Que pouvais-je rêver de mieux pour ce groupe ? Voilà, maintenant, on va faire une Coupe d’Europe.

On peut être fier de nous. On peut être fier du club. On peut être fier des couleurs. Et, tous ceux qui nous veulent du mal, il va falloir qu’ils nous supportent encore très, très longtemps. Car on va s’installer durablement. »

 

Christ Gengoul

3e avec l’AJA Paris XX

« Sur le papier, ils sont plus forts mais… »

« C’est l’euphorie ! C’est ce qu’on attendait depuis… On s’entraîne pour. C’était l’objectif du coach. On l’a fait ! Grâce à cette équipe, waouhhh ! On a eu des nouvelles recrues et on a quand même eu une cohésion de groupe. C’est ce qui nous a permis de monter sur le podium.

C’est vraiment grâce à notre cohésion de groupe que l’on remporte cette médaille de bronze. Sur le papier, ils sont plus forts que nous, avec un plus gros palmarès. On ne pensait jamais que l’AJA pouvait monter sur le podium, une petite équipe qui vient du 20e arrondissement de Paris, avec des conditions très modestes.

On n’a pas un budget énorme, on s’entraîne entre nous, avec ce que l’on a, avec les moyens du bord. C’est parfois difficile mais on a montré aujourd’hui (lire dimanche) que, malgré de petits outils, on peut faire des grands bonhommes. Les plus vieux, ce sont Axus, qui a 22-23 ans, et Nathan qui a 25-26 ans. Sinon, on est tous des jeunes Juniors dans l’équipe.

L’équipe était soudée, elle a toujours été là pour me pousser dans mes retranchements, pour me soutenir. Eh… ouahhh, comment dire ? Je n’ai pas les mots… Je suis dans l’excitation. C’était vraiment énorme. L’année prochaine, si on peut positiver encore ce résultat, être sur la plus haute marche du podium, on le fera ! »

 

Nacer Dahli

Coach du Red Star Club de Montreuil, qui se classe 3e 

« Cette 3e place n’est pas un hasard » 

« C’est une grosse satisfaction. Par le passé, on ne venait pas pour remporter une médaille mais, depuis l’année dernière, on commence à avoir une équipe vraiment solide. L’an dernier, on avait fait 3e. Cette année, on était là pour confirmer. Cette 3e place n’est pas un hasard. On avait le groupe pour aller jusqu’au bout.

C’est quand même une bouteille d’eau à moitié vide car on est venu à ce championnat avec beaucoup plus d’ambitions. On espère toujours faire mieux que l’année précédente. Mais cette médaille est un aboutissement et je suis vraiment content pour tous les gars.

Il ne nous a pas manqué grand-chose. Les combats se jouent parfois à rien. Il nous a sûrement manqué un peu de réussite. Mais on avait un tableau pour aller jusqu’au bout. Ce n’est pas passé en ¼ (défaite contre l’OJ Nice). Après, cela nous tenait à cœur d’aller chercher cette médaille. C’est le même groupe que l’année dernière, un peu moins fort car nous avons 2 blessés (dont Katanga). Mais il y a quand même de quoi être ému (il rit) ».

 

 

Mathias Bouchet

3e avec le Red Star Club de Montreuil

« Une bande de potes qui ne triche pas » 

« Je savais qu’on avait le potentiel pour remporter une médaille. Je pensais même qu’on pouvait aller en finale et pourquoi pas gagner, vu que l’on avait déjà fait 3e l’an passé. Pour l’équipe, c’est bien puisque l’on confirme notre niveau à l’échelon national.

Pour ma part, ce n’était pas une période facile. Il y a le tournoi de Paris qui ne s’est pas bien passé (éliminé au 1er tour) puis Rome où je perds au 2e tour. Ce tournoi en équipe permet de repartir sur de bonnes bases, avec un esprit de groupe qui fait du bien.

La force de ce groupe ? C’est une bande de potes qui se dit les choses quand il faut, qui ne triche pas, qui avance avec les qualités de chacun et qui se bat combat après combat. Et derrière, cela donne de belles choses. On a commencé à construire un groupe l’an passé avec cette médaille. On confirme cette année. C’est important pour le club, qui prend de plus en plus d’envergure, qui avance. On est constant au niveau national. L’objectif désormais, c’est d’accrocher une médaille en Coupe d’Europe puis disputer la Golden League. »

Partager ce contenu

Blog

PayPal