Judo Walide Khyar « Gagner avec panache »

Publié le : 20/04/2016 17:39:44
Catégories : Actualités , judo

Judo Walide Khyar « Gagner avec panache »

Walide Khyar
« Mon ambition ? Gagner avec panache »

On lui promet un très bel avenir. Mais il préfère vivre intensément le présent. A 20 ans, Walide Khyar a le culot, la confiance et l’insouciance de son âge. Le talent aussi. N°3 français au ranking, le médaillé de bronze mondial Juniors 2015 se verrait bien griller la politesse à ses aînés pour les JO. Cela passe par une médaille aux Championnats d’Europe à Kazan (21-24 avril). Chaud devant !

Par Ludovic Mauchien

 

C’est un boucan, le gamin ! Ses parents ont dû le mettre au Judo pour le calmer mais cela n’a pas totalement produit son effet. Tant mieux ! L’équipe de France a hérité de ce diamant encore à polir mais qui brille déjà de mille éclats.

Walide Khyar est à l’image de son Judo : joyeux et ouvert, souriant et joueur, du style : en avant toute ! Rien ne lui fait peur. 3e des Championnats du monde Juniors à l’automne dernier, dans la foulée de son titre européen des -21, le licencié du Flam 91 s’est brillamment hissé sur la 3e marche du Grand Slam de Paris en février.

Un pas de plus vers l’objectif invraisemblable qu’il s’est fixé : devenir champion olympique en 2016. Cet été donc… Au 7 avril, Walide Khyar pointait à la 44e position de la ranking list, derrière deux… Français, Vincent Limare (16e) et Sofiane Milous (30e). Mission impossible ! Oui, mais… Il en est capable, le bougre ! Cet exploit passe forcément par le titre à Kazan.

 

A l’amorce de ces Championnats d’Europe, es-tu exclusivement concentré sur ceux-ci ou as-tu tout programmé d’ici aux Jeux ?

Les Jeux… Eventuellement. En toute modestie bien sûr, mon objectif est d’être champion olympique. Je ne vais pas mentir, c’est mon véritable but. Comment dire… Je pense que c’est faisable. Il faut y croire.

Mais, avant les Jeux, il faut d’abord se qualifier. Je dois prouver encore et encore que je suis celui sur lequel il faut compter. Cela ne va pas être facile. Mais je pense m’être bien préparé pour les échéances à venir.

 

« Je suis n°3. La concurrence ne me fait pas peur »

 

Où te situes-tu dans la hiérarchie ?

Numéro 3. Je suis sélectionné aux Championnats d’Europe mais, sur le papier, je suis n°3. Deux personnes sont devant moi sur la ranking liste, Sofiane Milous et Vincent Limare. Mais, je crois être le n°2 dans la tête des entraîneurs. De toute façon, ce n’est pas le plus important d’être le n°2 ou le n°3. L’important, c’est d’être n°1.

 

Disputer un championnat d’Europe avec autant d’enjeux et qui, en plus, est ton 1er chez les Seniors, cela doit te mettre une sacrée pression ?

Non, ce n’est pas une pression. Au contraire, cela m’excite encore plus que ce soit un championnat d’Europe aussi déterminant, même s’il restera encore pas mal de compétitions après, comme le Grand Slam de Bakou et le Master à Rabat. Jusqu’en juin, ce va être la guerre entre plusieurs -60 kg. C’est ça qui est excitant ! La concurrence ne me fait pas peur.

Mon ambition est de gagner ces championnats d’Europe ! C’est important. Et gagner avec panache, surtout. Il le faut, sinon ce n’est pas la même chose. Il faut gagner avec la manière. C’est cela qui me fait aimer ce sport, qui fait qu’il est beau.

 

Qu’est-ce qui fait ta force ?

La technique… Je ne l’ai pas vraiment. Cela arrivera mais je pense que j’en manque un peu. Je n’ai pas un Judo très technique, à la japonaise. Je suis quelqu’un qui va plutôt à la bagarre, qui va beaucoup à la baston. C’est dans la tête que cela se passe. Un combat de Judo se joue beaucoup dans la tête.

J’ai aussi une très bonne condition physique, un bon cardio. Si le combat dure 8 ou 9 minutes, je serai toujours plus frais que mon adversaire !

 

« Zlatan croit en ce qu’il fait »

 

Tu as déclaré à notre confrère Florent Bouteiller (http://combat.blog.lemonde.fr/) que tu étais fan de la Zlatan Attitude. Qu’est-ce c’est, la Zlatan attitude, dans ton esprit ?

(Il rit) C’est déjà la coupe de cheveux. Je suis un grand supporter du PSG. J’ai fait beaucoup de foot et j’en fais encore quand j’ai le temps. Zlatan est un joueur que j’aime beaucoup. Il y a eu la mode de sa coupe de cheveux, je suis tombé dedans et, maintenant, j’ai du mal à me les couper (il rit).

Zlatan, c’est une personnalité, un footballeur pas du tout comme les autres. Je ne vais pas dire que j’essaie de lui ressembler mais il a une manière d’être qui me convient bien. Il n’a pas peur, il croit en ce qu’il fait. Son état d’esprit est bon, même si beaucoup de personnes disent qu’il se la pète. Moi, je trouve que non, au contraire. C’est une personne qui a confiance en lui et qui le montre. Il a raison.

 

 

Partager ce contenu

PayPal