Et les gagnants sont... Cuba et l’AIBA

Publié le : 04/09/2017 13:54:51
Catégories : Actualités , Boxe , kickboxing

Et les gagnants sont... Cuba et l’AIBA

Une compétition superbe et mémorable s’est achevée samedi au Sporthalle de Hambourg où les 243 meilleurs boxeurs du monde, venus de 75 pays, s’étaient donnés rendez-vous. 10 champions de 5 pays ont été couronnés. L’équipe cubaiine a remporté pas moins de 5 médailles d’or, tandis que l’Azerbaïdjan, le Kazakhstan, l’Ukraine, l’Ouzbekistan et la France, grâce à Sofiane Oumila repartent chez eux avec une médaille d’or. L’AIBA, qui a signé en juin un partenariat exclusif avec adidas, a réellement organisé un très bel événement.

Light Flyweight (49kg)

Joahnys Argilagos a de nouveau conquis le titre mondial après 3 rounds époustouflants contre le champion olympique, l’Ouzbek Hasanboy Dusmatov. Ces deux brillants boxeurs ont utilisé tout le ring pour montrer l’étendue de leurs talents. Mais, au final, c’est Argilagos qui a été déclaré vainqueur dans ce qui sera la décision la plus serrée des finales.

Flyweight (52kg)

Le Cubain Yosbany Veitia a pris d’entrée possession du centre du ring et a donc contrôlé le 1er round contre l’Ouzbek Jasurbek Latipov, qui tenta de saisir les rares opportunités qui se présentaient à lui. Mais les ouvertures se sont faites de plus en plus au fur et à mesure que Veitia prenaient l’initiative. Cela allait le conduire au titre mondial par décision unanime.

Bantamweight (56kg)

En finale, Kairat Yeraliyev a de nouveau affronté l’Américain Duke Ragan, qui l’avait dominé à la Chemistry Cup cette année. Mais, cette fois-ci, le Kazakh a su limiter les attaques de son adversaire dans le 1er round pour ensuite monter en puissance et s’adjuger le titre par décision partagée.

Lightweight (60kg)

Le médaillé d’argent des JO de Rio, le Français Sofiane Oumiha, a de nouveau réalisé d’excellentes prestations pour atteindre la finale. Dans celle-ci, opposé au Cubain Lazaro Alvarez, l’un des tout meilleurs de l’histoire, qui combattait pour remporter un 4e titre d’affilée, le Français a démarré plus fort que son adversaire avant de baisser un tout petit peu de pied en fin de 1er round. Mais il s’est vite repris pour s’imposer à la décision unanime.

Light Welterweight (64kg)

Quelle finale entre l’Ouzbek Ikboljon Kholdarov et le Cubain Andy Cruz, deux excellents techniciens ! Ils ont offert, pendant les 3 rounds, un spectacle de très haute qualité. Cruz a certainement trouvé la caté où il peut pleinement s’exprimer et malgré les mouvements incroyables de Kholdarov, il a frappé fort pur s’adjuger son 1er titre mondial.

Welterweight (69kg)

L’Ouzbek Shakhram Giyasov s’est montré le plus à l’aise dans la finale qui l’a opposé au Cubain Roniel Iglesias. Les deux combattant sont, eux aussi, montré de bien belles choses mais c’est Giyasov qui a paru le plus à l’aise tout au long du combat et s’est adjugé pour s’assurer le titre mondial à l’unanimité des juges.

Middleweight (75kg)

Le jeune Kazakh Abilkhan Amankul et l’Ukrainien Oleksandr Khyznhiak, un combattant dur au mal, se sont aussi livrés un combat très intense. Les enchaînements de Khyznhiak ont petit à petit eu raison d’Amankul. Comme ce dernier n’a jamais pu suffisamment s’adapter pour relever le challenge, c’est finalement Khyznhiak qui est devenu champion du monde. Il a même été élu meilleur boxeur du tournoi, notamment grâce à sa prestation en finale.

 

Light Heavyweight (81kg)

Le Cubain Julio Cesar La Cruz était opposé au triple champion d’Europe, l’Irlandais Joe Ward pour ce remake de la finale des Mondiaux 2015 à Doha. La Cruz a de nouveau prouvé qu’il était difficile à cadrer. Malgré quelques bonnes séquences de l’Irlandais, il n’a pas pu suffisamment touché son adversaire pour éviter la défaite. Julio Cesar La Cruz remporte ainsi sa 4e couronne mondiale par décision unanime.

Heavyweight (91kg)

La finale était très attendue entre le Russe champion olympique et champion du monde, Evgeny Tishchenko, et le Cubain Erislandy Savon pour ce qui constituait un remake de la finale de Doha en 2015. Cette fois-ci, c’est le jab de Savon qui trouva le plus sa cible, exploitant les ouvertures dans la garde étonnamment laissées par le Russe. Le Cubain a ensuite su contenir les accélérations de Tishchenko pour s’adjuger le titre par décision partagée.

Super Heavyweight (+91kg)

L’Azerbaïdjanais Mahammadrasul Majidov était venu à Hambourg pour conquérir pour son 3e titre mondial (en 4 tentatives) contre le Kazakh Kamshybek Kunkabayev. Il a tout fait pour devenir le premier boxeur de son pays à être sacré champion du monde à trois reprises. Mais c’est Majidov qui envoyait les coups les plus voyants. Kunkabayev a été touché à plusieurs reprises par de lourdes frappes de son adversaire. Il n’a d’ailleurs jamais pu retrouver son sang-froid, laissant Majidov être sacré champion du monde une fois de plus.

Meilleur boxeur : Oleksandr Khyzhniak (Ukr)

Le superbe parcours du poids moyens Oleksandr Khyzhniak à Hambourg lui a permis de rafler à la fois le titre mondial et la distinction de meilleur boxeur. Khyzhniak est apparu au niveau burst onto the scene in 2014 as a newcomer to the Ukraine Otamans WSB team, before securing bronze at the European Games in 2015. He put together a brilliant run all the way to the gold.

Partager ce contenu

PayPal